Tant que la RBC pourra profiter financièrement de la destruction climatique, elle le fera.

POURQUOI LA RBC EST-ELLE LA BANQUE LA PLUS DANGEREUSE DU CANADA ?


1

La RBC est la plus grande source de financement de projets d’extraction fossile du Canada

La RBC est la plus grande banque du Canada. Elle est aussi l’une des premières banques au monde en ce qui concerne le financement de la catastrophe climatique -- en fait, elle est la cinquième plus grande banque au monde pour le financement des combustibles fossiles. Et en 2019, elle était la première banque au monde pour le financement des sables bitumineux. (source : Banking on Climate Change, 2020).


Source:
BOCC_2019_SUMMARY_vUS-1F.pdf

2

Les chiffres

Cette table montre combien les cinq plus grandes banques du Canada se sont salis les mains du fait de leur financement des combustibles fossiles. La RBC est en tête liste avec plus de USD$140 milliards de dollars investis entre début 2016 et fin 2019.
Les mains sales, l’argent sale.

Financement des combustibles fossiles par les "cinq grandes" banques canadiennes, 2016-2020 (classement mondial entre parenthèses)

Source:
Rainforest Action Network et al. (2020).
Banking on Climate Change: Fossil Fuel Finance Report 2020, pp. 7-8.
Téléchargé de: Banking on Fossil Fuels 2020

3

La RBC n’a aucune intention de modifier son approche

La RBC fait partie des pires banques du monde depuis l’accord de Paris, selon l’édition 2019 d’une liste de Banking on Climate Change intitulée «Hall of Shame» (l’ordre de démérite). Alors que les grandes institutions financières du monde changent de politique d’octroi de prêts afin de se distancier des combustibles fossiles, on dirait que la RBC a l’intention de tirer autant d’argent que possible des projets d’extraction de combustibles fossiles et cela pendant aussi longtemps que possible. La RBC ne s’engage tout simplement pas à se divestir des projets de combustibles fossiles et n’a aucune restriction sur ses investissements en ce domaine.

4

La RBC sait que nous sommes dans l’urgence climatique mais n’en fera rien tant que nous ne dirons rien

Il n’est plus socialement acceptable de financer la catastrophe climatique. Nous devons dire à la RBC que nous ne sommes pas d’accord avec son financement de l’économie fossile. Notre argent est aujourd’hui mis au service de bénéfices qui mettent en péril notre avenir. Communiquons avec la RBC en utilisant la langue qu’elle comprend le mieux : celle de l’argent. Retirons nos fonds de la RBC. Notre argent parlera pour nous !

5

Nous avons écrit au président de la RBC pour lui faire part de nos inquiétudes

Selon la réponse de la RBC, elle n’a aucune intention de se distancier des combustibles fossiles ni d’accepter nos trois exigences :


maintenant

Mettre fin à tout nouveau financement de combustibles fossiles.

fin 2020

Se retirer du projet Coastal Gas Link et de tous projets en violation des droits des communautés autochtones.

avant 2025

Se retirer de tout financement de société d’extraction fossiles.


1.
Lettre à Andrew Chisholm

Conseil d'administration, Royal Bank of Canada
8 mars 2020

200308-XRQC-Request_for_divestment-mail.pdf

2.
Réponse de Joséphine Ching

Bureau de l'Ombudsman, RBC
11 mars 2020

200311-RBC-Reply_from_ombudsman.pdf

3.
Lettre à David McKay

Président
Royal Bank of Canada
14 juillet 2020

200714-XRQC-Letter_to_CEO.pdf

4.
Réponse de Jacqueline Mulenga

Spécialiste en service client
RBC Client Care Centre
4 août 2020

200804-RBC-Reply_from_ClientCare.pdf

5.
Lettre à Jacqueline Mulenga

Spécialiste en service client
RBC Client Care Centre
1 septembre 2020

200901-XRQC-letter_to ClientCare.pdf

6.
À suivre...



S’il-vous-plaît

Apprenez-en plus sur nous : xrqc.org


ENTREZ EN CONTACT!